Parties prenantes

Relation avec les clients

Accès à l’énergie

Les programmes d’accès à l’énergie dans les pays en développement

L’expérience des SSD

En 2001, le Groupe a lancé un programme d’accès à l’énergie dans les pays en développement. Dans les zones éloignées des réseaux électriques, ont été créées, en partenariat, des sociétés de services décentralisés (SSD), un concept de l’Ademe.

  1. 4 SSD créées au Mali, au Maroc, en Afrique du Sud, pour 350 000 personnes.

Les partenariats initiaux ont été établis avec d’autres acteurs industriels tels Total, Tenesol, Nuon ou FRES.

  1. Mali. En 2009 EDF a cédé sa part (70%) de la SSD Korayé Kurumba (KK) à ses employés réunis en GIE et a conclu avec KK un contrat de coopération (conseils, formation).
  2. Afrique du Sud. Depuis 2002, KES (50% EDF) distribue des kits photovoltaïques dans le KwaZulu-Natal et a étendu en 2007 son activité à l'Eastern Cape. Elle alimente en énergie électrique et en gaz pour la cuisson 125 000 personnes (objectif : 270 000 clients dans les quatre prochaines années).
  3. Maroc. Temasol (EDF et Total, via leur filiale commune Tenesol), dessert 185 200 personnes avec des kits photovoltaïques.

Vers de nouveaux modèles d’intervention

Le Groupe entend désormais monter des projets avec des partenaires locaux dès le départ.

Au Botswana, EDF a créé en 2010 avec BPC, l’opérateur national, l’entreprise BPC Lesedi (BPC 55%, EDF 45%) pour réaliser un programme national d’électrification décentralisée par systèmes solaires pour alimenter de 300 à 400 000 personnes d’ici 5 ans. Elle alimente à ce jour 3 000 personnes.

Au Sénégal, EDF est actionnaire de la société ERA à hauteur de 70% avec son partenaire local Matforce. ERA est opérateur de la concession d’électrification rurale de Kaffrine-Tambacounda-Kédougou, qui a démarré son activité à la fin de l’année 2012, avec un objectif de 180 000 personnes d’ici trois à quatre ans.

Des contrats favorables au développement d’une offre énergétique accessible

En valorisant ses savoir-faire dans les pays en développement, le groupe EDF apporte une base solide à des offres énergétiques viables pour leur population et leur économie. Quelques exemples.

  1. Laos. L’installation hydroélectrique de Nam Theun 2, est un puissant levier de développement pour l’économie thaïlandaise (importatrice de 90 % de la production) et apporte des devises au Laos.
  2. Afrique du Sud. Depuis 2011, EDF apporte des compétences à Eskom, premier électricien du pays, pour son institut de formation d’ingénieurs de centrales et de réseaux.
    1. En 2012, EDF et Areva ont été choisis par Eskom pour former ses futurs formateurs dans la perspective de la relance de son programme nucléaire
  3. Afrique du Sud. EDF EN a été retenu pour 104 MW éoliens à Chaba, Waaineck et Grassridge. Il est aussi entré à 80 % au capital du développeur InnoWind et travaille avec une association qui organise les retombées économiques des projets sur les communautés locales.
  4. Maroc. EDF EN a été retenu par l'ONE2 pour réaliser à Taza un parc éolien de 150 MW et participe à un second appel à projets de 850 MW.

 

2Office national d’électricité