Parties prenantes

Modalités du dialogue avec les parties prenantes

Concertation autour des sites et des projets

En France. Des dispositifs autour des sites de production

En France, 38 Commissions locales d’information (CLI), composées d’élus, de représentants des mondes associatifs et socioprofessionnels, assurent, selon la réglementation, l’information des riverains sur l’activité des installations nucléaires.

Au-delà de ce dispositif réglementaire, dans chaque centrale nucléaire EDF un centre d’information du public (CIP) informe les visiteurs sur le fonctionnement et les impacts des centrales, les enjeux énergétiques, la maîtrise de la consommation d’énergie ou les métiers porteurs d’emplois du secteur électrique.

  1. Pour la 2e édition des journées de l’industrie, en 2012, les sites de production EDF ont accueilli plus de 15 400 visiteurs (45% pour le nucléaire, 38% pour l’hydraulique et 17% pour le thermique à flamme).
  2. 86 % des riverains des sites déclarent avoir une bonne image d’EDF (83% en 2011).

Dans l’hydraulique, EDF mène des campagnes permanentes de prévention des usagers de l'eau sur les risques de variation brusque du débit des rivières en aval des ouvrages : panneaux illustrés de photos montrant la situation avant et après l’évolution du débit recours aux « hydroguides » chargés de la prévention sur le terrain pendant les périodes estivales. Ces guides se sont avérés forces de proposition pour améliorer les panneaux et repositionner les bouées de sécurité.

  1. Le dispositif français compte aussi :
    1. les directions régionales de l’environnement et de l’aménagement (DREAL) pour les adaptations réglementaires des arrêtés des sites de production thermique
    2. les Agences de l’Eau pour l’évolution réglementaire relatives aux fleuves
Bouchain : la concertation autour d’un projet de centrale thermique à gaz en France

La nouvelle unité de production à Cycle Combiné Gaz (CCG) de 510 MW sur le site de Bouchain remplacera à partir de 2015 la chaudière à charbon actuelle : moins de pollution, moins de CO2.

  1. A la suite d’échanges avec les parties prenantes concernées, collectivités locales, direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL) du Nord-Pas-de-Calais et associations, une enquête publique a été ouverte fin 2012 (conclusions début 2013). Elle se déroulera sous forme d'une réunion à laquelle sont conviés tous les riverains.
  2. Auparavant, en application de la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie (1996), une étude d'impact sur la santé de la population a été lancée par EDF pour s’assurer de l’innocuité des rejets atmosphériques de la future centrale. Elle porte sur une cinquantaine de substances dans une zone de 100 km² et concerne 93 000 habitants. Sa méthode, l'Evaluation Quantitative des Risques Sanitaires (EQRS), est identique pour tous les projets de ce type :
  1. Identifier toutes les substances émises par l'installation
  2. Rechercher leurs effets sur la santé humaine
  3. Evaluer l'exposition des riverains à ces substances
  4. Calculer le risque que l'effet se produise

Les résultats de l'étude ont été analysés par la DREAL, qui a rendu un avis favorable.

Au Royaume-Uni, EDF Energy renforce la concertation

EDF Energy renforce le dialogue avec ses parties prenantes et prend des initiatives pour accroître la transparence de son information.

  1. Après Fukushima, l’entreprise a créé un forum des parties prenantes sur les enjeux du nucléaire. Deux réunions au siège en septembre 2011 et mars 2012 ont montré la nécessité d’améliorer l’information du public, ce qui a inspiré plusieurs initiatives, dont la création des nouveaux centres d’accueil ou le développement du site Energy Futures.
  2. EDF Energy accueille régulièrement des visiteurs, notamment des écoliers et des étudiants, sur ses divers sites industriels et administratifs. Certains sont intéressés par les paysages, la faune et la flore de ces sites dont beaucoup sont classés Sites d’Intérêt scientifique spécial.
  3. Sur ses sites nucléaires, EDF Energy a ouvert quatre nouveaux centres d’accueil pour informer les visiteurs sur l’énergie nucléaire, la production d’électricité et les activités de l’entreprise. 3 autres ouvertures sont prévues en 2013.
  4. Le site Internet Energy Future a été ouvert à l'externe. Il fournit des informations sur la production diversifiée de l’entreprise et sur la sécurité. Il doit encore s’enrichir avec, par exemple, des informations sur les arrêts programmés et fortuits de réacteurs.
  5. Pour le projet d’EPR sur le site d’Hinkley Point au Royaume-Uni, EDF Energy a consulté 6 500 personnes, organisé 34 expositions publiques, tenu 67 réunions et reçu 109.000 visites sur le site internet dédié. Plus de 2000 réponses ont été reçues, dont ont été extraits 33.000 commentaires versés dans un compte-rendu de consultation détaillé, intégré dans la demande de permis déposée auprès de la Commission de planification des infrastructures britannique. Lettres d’information de proximité, agents de liaison et enquête annuelle complètent le dispositif.
    1. 58 % de personnes favorables à la construction de nouvelles centrales nucléaires, selon une enquête indépendante parrainée par EDF Energy en 2012 (+ 3 points vs 2011)
En Italie, Edison renouvelle son dialogue avec ses parties prenantes

Edison a décidé en 2012 de renforcer les relations avec ses parties prenantes, en améliorant la connaissance qu’il en a. Ce projet comprend deux phases:

  1. La première terminée en juin a consisté à répertorier les parties prenantes principales de l’entreprise, à définir leurs domaines d'intérêt et à faire le bilan des relations avec elles, à partir d’entretiens avec les 14 principaux directeurs d’Edison.
  2. La seconde prévue pour 2013 consistera à vérifier ces données à partir d’une consultation d’une trentaine de personnes représentatives des parties prenantes. Cette consultation aidera à évaluer les actions déjà menées.

Edison a également établi, avec Confindustria, une Cartographie Régionale pour communiquer avec les territoires et identifier les critiques ou difficultés de ses clients. Des réunions ont eu lieu déjà dans 5 régions: Toscane, Ligurie, Campanie, Sicile et Emilie-Romagne et ont permis de confronter Edison et des représentants de consommateurs.

Sur les projets énergétiques, notamment la construction de centrales électriques, Edison conduit un processus d' "échange participatif" avec les riverains, via des "tableaux comparatifs" et des forums de discussion.

Autour du projet de gazoduc IGI entre l'Italie et la Grèce, Edison poursuit aussi depuis cinq ans un dialogue ininterrompu avec les associations et les riverains.

L’entreprise édite chaque année un rapport de développement durable pour rendre compte de son action.

En savoir plus : le rapport développement durable d'Edison (anglais)

Dans les pays à risques, des démarches au cas par cas

Dans les pays à risques, ’approche s’élabore au cas par cas sur la base d’une expérience internationale de plusieurs décennies. EDF a mis au point une méthodologie, la démarche « Durabilis », qui aidera les chefs de projet à dialoguer avec les parties prenantes locales.

Acceptabilité des ouvrages : points de vue d'experts externes (vidéo)

Alternative content