Parties prenantes

Territoires

Des projets industriels créateurs d’emplois

Les chantiers d’EDF apportent de l’activité et des emplois dans les régions où ils s’implantent. D’autant plus que le Groupe s’attache à donner toutes leurs chances aux entreprises locales, dans le respect des règles de concurrence. Il coopère avec les CCI et les autorités publiques. Il encourage ses principaux prestataires à identifier les activités pouvant être implantées dans la région et à recruter sur place.

Chantiers nucléaires

Ces énormes chantiers qui durent 5 à 8 ans et représentent plus de 5 milliards d’euros d’investissement sont pour les régions qui les accueillent des leviers économiques considérables.

  1. En France, le chantier nucléaire EPR de Flamanville a reçu le label Grand chantier en 2008 et son programme d’accompagnement économique a été validé en 2009. D’un montant total de 110 M€ dont un tiers financé directement par EDF, ce programme a fait l’objet d’une concertation locale avec les parties prenantes et les élus. EDF s'est engagé sur l'objectif d'une main d'œuvre à 50% locale via un plan d'action conduit avec Pôle Emploi et le Conseil régional de Basse-Normandie pour former et recruter 600 personnes. La politique RH vise le recrutement de 2 à 5% de personnes éloignées de l'emploi.
    1. 3 200 salariés (2 600 d’entreprises extérieures, 600 EDF) sur le chantier en 2012, dont 60 % de travailleurs régionaux
    2. 5 millions d’heures travaillées
    3. 92 000 heures de formation financées en 2012, pour aider les demandeurs d'emploi locaux à accéder aux emplois offerts par les prestataires du chantier, en électromécanique notamment
    4. Depuis 2012, mise en œuvre du plan d’actions de l’Engagement de Développement de l’Emploi et des Compétences (EDEC) pour accompagner les salariés du Génie Civil, dont l’activité diminue. 75 parcours de formation financés dans ce cadre.
  2. Au Royaume-Uni, le projet EPR d’Hinkley Point, devrait, selon un rapport publié par l’Oxford Institute for Sustainable Development, drainer 100 millions £ par an vers l’économie locale pendant la construction, et 40 millions £ par an durant l’exploitation. Le projet créerait 5 000 emplois pour les travaux de construction et 900 postes permanents pour l’exploitation de la centrale.
Terminal méthanier de Dunkerque

Le terminal méthanier de Dunkerque, dont la mise en service est prévue fin 2015, est le 2e chantier industriel le plus important de France après celui de l’EPR de Flamanville.

Il accueillera les plus grands méthaniers du monde et pourra recevoir 13 Gm3 de gaz / an, 20 % de la consommation française et belge. Le chantier mobilise 1 Md€. Il emploiera 1 200 salariés en 2013 et l’exploitation de l’installation créera environ 160 emplois directs et indirects. S’y ajoutent 150 M€ pour les travaux portuaires réalisés par le Grand Port Maritime et 80 M€ pour raccorder le terminal à la station de compression de Pitgam.

  1. Une première initiative a été de créer, avec Pôle Emploi, un Point Emploi. Mission : identifier les métiers du chantier, repérer la main d’œuvre qualifiée sur le territoire, déployer les formations nécessaires. Et aussi anticiper la fin du chantier pour aider les salariés à valoriser leurs acquis dans des entreprises du territoire.
  2. L’ambition d’EDF et de la Communauté urbaine est de faire du terminal, qui stockera le gaz à -163° C, le centre d’un pôle technologique spécialisé dans le froid. D’où la création de l’institut INNOCOLD, financé par tiers par des entreprises, des universités et les collectivités, et axé sur les matériaux, l’énergie et l’environnement avec, pour chacun de ces domaines, une R&D, une plate-forme d’essai et des formations professionnelles.
    1. INNOCOLD a lancé 2 projets : vieillissement des matériaux et modélisation de l’épandage du GNL
    2. L’Université du Littoral crée 2 licences Pro, installations chimiques et installations énergétiques
    3. La valorisation des frigories du terminal via un réseau de froid industriel est à l’étude pour attirer des activités (entrepôts frigorifiques, data centers, etc.)
Grands chantiers du thermique

Après le Cycle combiné gaz mis en service à Blénod en 2011, EDF a démarré le premier des deux CCG (465 MW chacun) de Martigues. Cet investissement de 500 M€ sécurisera la région Provence Alpes Côte d’Azur.

  1. Un chantier de 3,3 millions d’heures de travail qui a mobilisé jusqu’à 300 entreprises et 1 000 personnes.
Grands chantiers de l’hydraulique

En France, les entreprises locales ont effectué plus de 30 % des travaux de l'aménagement du Rizzanese en Corse.

L’aménagement hydraulique de Romanche-Gavet, dont la construction a démarré en 2011, dynamisera la vallée de l’Oisans (Isère), touchée par la décroissance industrielle. Il générera des retombées économiques locales (emplois, tourisme, etc.).

  1. Un chantier mobilisant plus de 200 personnes au plus fort de l’activité pendant 5 ans
  2. 35M€ de retombées locales, principalement dans le BTP en 2012
  3. Amélioration de la desserte locale par la réalisation d’un pont sur la Romanche.

Au Laos, le barrage de la Nam Theun 2 Power Company (NTPC) dont EDF est premier actionnaire a été construit à 80% par des ouvriers laotiens. Il contribue au développement du Laos qui vend 95% de l'électricité produite à la Thaïlande.

  1. Grâce à un effort permanent de formation et de développement des ressources humaines, NTPC a compte plus 80% de Laotiens, la plupart de la région, dans son personnel.
Autour des ENR

Les chantiers d’EDF Energies Nouvelles privilégient le recours aux compétences locales. Pour l’exploitation et la maintenance de ses centrales les plus importantes, des emplois permanents sont créés sur place.

  1. Au Canada, EDF EN a chargé REpower de fabriquer au Québec les mâts, pales et convertisseurs de ses éoliennes.
  2. Au Maroc, avec ses partenaires Mitsui et Alstom, EDF EN s’est engagée à allouer au moins 30 % des travaux de construction du projet éolien Taza à des entreprises du pays.
  3. En France, le projet de trois parcs d’éoliennes marines en Manche devrait créer près de 7 500 emplois, notamment pour la fabrication des éoliennes par Alstom à Saint-Nazaire et Cherbourg, la construction des parcs et les centres d’exploitation-maintenance.