Impacts

Climat

Émissions de CO2 des centrales à flamme en France

Les centrales thermiques à flamme (fioul, charbon, gaz) sont, avec les transports et les bâtiments, les principales sources d'émissions de CO2. Pour lutter contre le changement climatique, le Groupe :

  1. améliore ses unités thermiques à flamme et leur exploitation
  2. ferme ses unités les plus émettrices de CO2
  3. met en service des cycles combinés gaz (CCG), deux fois moins émetteurs de CO2 que des unités charbon de même puissance
  4. participe aux travaux sur le captage et le stockage de CO2.

Assurant en 2012 95,9 % de sa production électrique en France à partir de sources non émettrices de CO2, nucléaire et énergies renouvelables au premier rang desquelles l'hydraulique, EDF recourt au parc thermique à flamme pour répondre à la demande de pointe.

Des objectifs nationaux

Sur la base de la réglementation applicable aux émissions de gaz à effet de serre, ont été adoptés à compter de 2005, des plans nationaux d’allocation de quotas de CO2.

  1. Sur la période du 1er plan (2005-2007), les quotas alloués à EDF ont permis de couvrir les émissions effectives du parc.
  2. Sur la période du 2ème plan (2008-2012), les allocations de quotas au secteur électrique français ont été réduites de 25 % et celles d'EDF en France fixées à 16,6 millions de tonnes par an.
L’objectif d’EDF

EDF s’est fixé pour objectif de réduire de :

  1. 30 % ses émissions absolues de CO2 entre 1990 (23,8 millions de tonnes) et 2020
  2. 50 % ses émissions relatives en tonnes par énergie produite (toutes productions confondues : nucléaire, hydraulique, thermique à flamme).

En 2012, les émissions totales du parc d'EDF en France ont atteint 16,4 millions de tonnes (14,3 millions de tonnes en 2011). Cette hausse s’explique par une baisse de la production nucléaire de 3,8 % et un recours accru aux centrales thermiques à charbon (+ 1,9 THw) et aux turbines à combustion.

  1. EDF en France se place au 2e rang des émetteurs nationaux de CO2.
Emissions de CO2 dues à la production d’électricité et de chaleur (g/kWh)
2009 2010 2011 2012
40,8 40,1 30,4 35,2

 

 

Objectif de réduction de 50%, entre 1990 et 2020, les émissions spécifiques de CO2 dues à la production d’électricité du parc de production en France continentale :

Des réalisations

Pour atteindre cet objectif, tout en continuant à assurer l’appoint nécessaire à l’équilibre du système électrique français, EDF :

  1. a fermé les unités valorisant des gaz industriels, comme Dunkerque (en 2004) et Richemont (en 2009), et a prévu d'arrêter ses 9 centrales à charbon 250 MW et la tranche 2 du Havre d'ici fin 2015
  2. a remis en fonctionnement quatre centrales de pointe au fioul, légèrement moins émettrices en CO2 et beaucoup plus réactives que les centrales à charbon, à Aramon, Porcheville et Cordemais de 2006 à 2008
  3. a investi dans des groupes de production moins émetteurs de CO2 comme les 6 turbines à combustion (1 000 MW au total) mises en service entre 2007 et 2010 en région parisienne, les TAC de Montereau fonctionnant préférentiellement au gaz naturel (ce qui réduit les émissions de CO2 par rapport au fioul domestique)
  4. a mis en exploitation deux cycles combinés gaz (CCG), l'un en 2011 à Blénod (430 MW), l'autre en 2012 à Martigues (465 MW), et achève d'en construire un troisième (465 MW) à Martigues
  5. engage la construction d’un CCG de nouvelle génération à Bouchain
  6. modernise ses unités les plus récentes (hausse des rendements, équipements de systèmes de dépollution, etc.)
  7. intègre le critère CO2 dans l'ordre d'appel aux centrales par le réseau.

    1. Rendement porté de 37 % à 57 %, diminution par 2 des émissions de CO2 et par 4 des émissions de NOx, pas de poussières, très peu d'oxyde de soufre pour les 2 CCG de Martigues qui remplacent une centrale au fioul
    2. Par son haut rendement thermodynamique (61 %), le CCG du Bouchain réduira les émissions de CO2
      (365 g/kWh au lieu de 900 g/kWh pour une centrale à charbon traditionnelle). Il sera équipé de la technologie FlexEfficiency50 de General Electric

En savoir plus sur le parc thermique à flamme

La réduction des émissions de CO2 dans les Systèmes énergétiques insulaires

Objectif

Réduire de 20 %, entre 2006 et 2020, les émissions absolues de CO2 du parc dans les systèmes énergétiques insulaires (Corse, départements et collectivités d'outre-mer).

Réalisations

  1. Renouvellement de 6 centrales diesel pour réduire de 15 % les rejets de CO2. Les chantiers sont engagés à La Réunion (Port-Est), à la Martinique (Bellefontaine), en Guadeloupe (Pointe de Jarry) et en Corse (Lucciana). EDF renouvelle aussi la centrale de Saint-Pierre et Miquelon (21 MW) et ajoute deux moteurs à celle de Saint-Barthélemy.

    1. A Port-Est à La Réunion, premiers essais moteurs en 2012, pour une entrée en service en 2013. Mise en service des trois autres centrales, en Guadeloupe, à la Martinique et en Corse, d’ici 2014
  2. Développement des énergies renouvelables à puissance garantie (hydraulique, géothermie, biogaz, énergies marines) capables de délivrer une production d’électricité stable et abondante et de se substituer progressivement au thermique et du stockage.
    1. 1er couplage au réseau fin 2012 de l'un des deux groupes de production de l'aménagement hydroélectrique du Rizzanese (55 MW) en Corse
    2. Projet de géothermie à la Dominique permettant également d’alimenter la Guadeloupe et la Martinique par câble sous-marin
    3. Projets de STEP marines (station de transfert d’énergie par pompage permettant de stocker l’énergie) couplées à des éoliennes à la Guadeloupe et à La Réunion
    4. Expérimentation d’une batterie de 1 MW à La Réunion
    5. Gain d'appels d’offres pour la production photovoltaïque couplée avec du stockage en Guyane et en Guadeloupe
  3. Maîtrise des consommations d'énergie via des offres et services d'efficacité énergétique.
    1. Particuliers : isolation, multiprise coupant les appareils en veille (10 % d’économie), eau chaude solaire, chauffages performants, douchette Hydroéco qui réduit le débit d’eau à confort égal et fait économiser 100 € par an.
      1. Offre Pack Duo à la Martinique : aide à la rénovation pour réaliser simultanément une isolation performante et soit remplacer la climatisation, soit installer un chauffe-eau solaire
    1. Entreprises : importantes opérations dans l'industrie.
      1. Le Centre Spatial Guyanais a amélioré ses centrales de traitement d’air
      2. La sucrerie du Moule en Guadeloupe a réduit sa consommation de vapeur
    2. Collectivités : Conventions Développement durable, aide à l'investissement pour la maîtrise de l'énergie dans les bâtiments et l'éclairage public.
      1. A La Réunion, le CHU de Saint-Pierre a retenu le projet pilote de thalasso-thermie (SWAC, Sea Water Air Conditioning) conduit par EDF SEI avec la Région et l’Ademe consistant à alimenter la climatisation avec de l’eau de mer (90 % d’économie attendue)
Des travaux de R&D

Le groupe EDF poursuit, avec d’autres partenaires industriels, ses recherches pour tester les technologies de captage et de stockage de CO2.

Pour le captage de CO2, EDF s'est engagé avec Alstom dans la réalisation d’un démonstrateur de recherche pour tester la technologie du captage post-combustion aux amines sur l’unité 4 de sa centrale au charbon du Havre. Les amines constituent la base du réactif utilisé pour extraire le CO2 des fumées. Des technologies par lavage aux amines sont couramment utilisées pour la purification du gaz naturel. Ce projet bénéficie du soutien de l'Ademe. Les essais visent à :
• réduire la consommation d’énergie et d’amines
• vérifier les performances de cette technologie en milieu industriel
• en analyser la flexibilité pour l'exploitation.

--> Les premières générations de captage et stockage du CO2 ne semblant pas apporter les ruptures suffisantes pour réduire notablement les coûts et rendre la technologie économiquement acceptable dans les conditions de marché actuelles, la R&D étudie l'émergence d'une seconde génération de technologies moins pénalisantes énergétiquement.

Pour le transport et le stockage, EDF est partenaire du projet France Nord. Piloté par Total France Nord et financé par l’Ademe et des industriels et organismes de recherche français et allemands, ce projet vise à étudier l'implantation d'une infrastructure pilote de transport et de stockage de CO2 dans un bassin sédimentaire au nord de la Loire. Durant deux ans, des études techniques approfondies seront réalisées pour sélectionner un site géologique approprié de stockage de CO2 dans des aquifères salins profonds et définir les infrastructures de transport reliant les sites industriels au site de stockage.

En savoir plus sur la stratégie R&D du groupe EDF