Activité

Énergies renouvelables

Exploitation et développement hydraulique

Thème(s) de l'article :

Deuxième producteur hydraulique de l’Union européenne, le Groupe possède une expérience d’exploitant et des compétences d’ingénierie sur près de 500 installations et des milliers d’ouvrages, y compris à l’international.

Il renforce sa capacité hydroélectrique en Europe et participe au développement de l'hydraulique dans le monde. Son ingénierie conçoit et construit les ouvrages de production et apporte son appui technique à leur exploitation et à leur maintenance.

  1. 20 GW en France (hors Corse et DOM)
  2. 47 usines hydroélectriques en Italie (1358 MW GW) via Edison
  3. 73 MW au fil de l’eau en Belgique via EDF Luminus
  4. 2 800 MW en Suisse via Alpiq Holding (EDF 25 %)
  5. Premier investisseur et architecte-ensemblier du complexe hydroélectrique de Nam Theun 2 (1 070 MW) au Laos, il participe à son exploitation via NTPC (EDF 40 %)
En France

Une gestion avisée au bénéfice des divers usagers de l'eau et de la sûreté du système électrique.

EDF gère 70 % des eaux de surface en France. Une gestion partagée avec les autres usagers, collectivités, industriels, agriculteurs, pêcheurs, vacanciers, etc. EDF a créé une fonction de coordonnateur de l'eau à l’échelle nationale pour tirer le meilleur parti de la ressource en eau :

· dans ses installations hydrauliques qui produisent de l'électricité

· et dans ses centrales nucléaires et thermiques qui utilisent l’eau des rivières ou de la mer comme fluide de refroidissement avant de la restituer au milieu.

La production hydraulique varie selon les conditions climatiques. La gestion anticipée et coordonnée des stocks doit permettre de respecter la plupart des engagements de cote et de soutien des débits réservés, minimisant l’impact collectif de la rareté de l’eau sur tous les usages : industrie, agriculture, eau potable, tourisme, refroidissement des sites de production thermique.

  1. En 2012, les conditions hydrologiques ayant été favorables, sauf dans le Sud-Ouest, les volumes de soutien qu’EDF conventionne avec d’autres usagers ont été moins sollicités. Dans le Sud-Ouest, en raison de faibles précipitations, ils ont au contraire atteint 92 Mm3, au lieu de 71 en 2011. EDF a renforcé ses moyens de surveillance et de coordination et tenu ainsi tous ses engagements de soutien de débits

Le renforcement de la sûreté et la performance d'un parc de plus en plus sollicité

Le programme SuPerHydro est réalisé à 73 %. Avec près de 888 M€ pour la sûreté de 2007 à 2017, c'est le programme de rénovation du patrimoine le plus important entrepris par EDF depuis des décennies. Un budget qui s’ajoute au 420 M€ consacrés en 2012 à la maintenance des aménagements.

  1. 446 opérations dont 367 concernent directement la sûreté
  2. 269 opérations de sûreté réalisées fin 2012

S'y ajoutent un programme récurrent à long terme ainsi que les études de danger et revues de sûreté des barrages qui renforcent la connaissance des ouvrages et les contrôles des points sensibles.

Quant au projet Renouv’Eau, il transforme le modèle d’exploitation du parc : production, maintenance, surveillance, et s'accompagne d'une rénovation standardisée des automatismes. En cours de déploiement, il vise à produire davantage et au meilleur moment, et à augmenter la disponibilité du parc et sa rentabilité, tout en renforçant sûreté et sécurité au travail.

  1. Résultats satisfaisants pour le parc français d'EDF en 2012 : production de 34,5 TWh, (+7,7 TWh par rapport à 2011 en raison notamment de meilleures conditions climatiques), et un taux de réponse aux sollicitations du réseau supérieur à 99 % .

La poursuite du développement du parc en France

En Corse, le barrage du Rizzanese a été mis en eau et l'un de ses deux groupes de production (55 MW) couplé au réseau fin 2012. Il représente 10% de la capacité électrique de l’île et portera à 27 % la part de l’hydraulique dans le parc d’EDF en Corse.

En Isère, le projet Romanche-Gavet (Isère) de construction d'un ouvrage (2 x 47 MW) souterrain, qui remplacera six installations anciennes, se poursuit.

· Une nouvelle usine exploitée durant 60 ans par EDF

· Une production de 560 GWh/an à partir de 2017, 30 % de plus qu'actuellement

· Une sécurité d'exploitation renforcée

· Une rivière plus sûre, plus attrayante et plus accessible

· Un investissement de 250 M€, le plus important du Groupe dans l'hydraulique en France

Conduit en concertation avec les parties prenantes, le chantier contribue à redynamiser l'économie locale et s'accompagne d'un volet environnemental :

· amélioration de la préservation des milieux aquatiques (franchissement piscicole)

· disparition d’anciennes installations ou réhabilitation des sites classés en concertation avec les acteurs locaux

· réduction de l’impact des chantiers (sécurisation du trafic et limitation des nuisances sonores).

  1. Début du creusement des galeries d'accès et de la caverne principale de la centrale en 2012
  2. Détournement de la Romanche pour la construction du barrage
  3. Réception des deux tunneliers pour creuser la galerie d'amenée d'eau à l'usine

La reconfiguration du barrage de Poutès, qui alimente la centrale de Monistrol d’Allier, la plus importante de Haute-Loire, s'est accompagnée, elle aussi, d'une concertation avec les élus et les associations.

· Une hauteur ramenée de 17 m à 4 m

· Des ouvrages de franchissement des poissons migrateurs (à la montaison et à la dévalaison) et une vanne centrale s’abaissant totalement durant les crues, conçus par l'ingénierie d'EDF à partir des préconisations de l'Office national de l’eau et des milieux aquatiques

· Doublement du débit réservé (laissé en rivière pour préserver la biodiversité) à 5 m3/s

Les projets d'augmentation de puissance de Serre-Ponçon (+ 55 MW) et La Bathie (+ 45 MW) ont été autorisés en 2011, dans le cadre de la loi POPE. Les dossiers de La Coche, Jouques et Vinon sont en cours d’instruction par l’administration.

 

Accompagner le développement de l’hydraulique dans le monde

De nombreux pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Sud comptent valoriser leur ressource hydraulique pour soutenir leur développement industriel. EDF mobilise à leur profit son expérience de la réalisation et de la conduite des ouvrages, son expertise en matière de sûreté et de maîtrise des impacts ainsi que son savoir-faire dans la gestion partagée de l'eau.

Au Brésil

Le Groupe poursuit, avec ses partenaires locaux Eletrobras, Eletronorte, et Camargo Correa, les études de faisabilité des cinq ouvrages du futur complexe de Tapajos (10 682 MW) en Amazonie.

  1. Signature en 2012 de deux accords de coopération supplémentaires avec Eletrobras, l’un pour le développement de projets hors Brésil, l’autre pour des activités de R&D

Au Laos

EDF est intervenu, pour le compte de NTPC (EDF 40 %) comme premier investisseur et architecte-ensemblier de la centrale hydroélectrique (1 070 MW) et du barrage de Nam Theun 2 en service depuis avril 2010. Le Groupe participe à l’exploitation via un accord de concession de 25 ans avec le gouvernement laotien qui deviendra propriétaire de l’installation au terme de cette période. L'électricité est à 95 % vendue à la Thaïlande, les 5 % restant assurant 1/5 des besoins électriques du Laos.

En savoir plus

Voir le rapport 2011

 

Nam Theun 2 en chiffres

· Un barrage de 40 m de haut

· Une retenue de 450 km2, 2/3 de la superficie du Lac Léman, d'une capacité de 3,6 milliards de m3

· 13 % environ du budget total affectés au développement humain et à la protection de l'environnement

· 14 nouveaux villages en amont du barrage, près de 1 300 familles, bénéficiant pour la première fois d’un accès à l’électricité, à l’eau potable et à des infrastructures comme les écoles, les dispensaires ou les routes

· Un programme de développement pour 200 villages en aval jusqu'en 2014

· Baisse de 42 % de la mortalité infantile depuis l'engagement du programme de santé en 2005

· Création d'un parc national de 4 000 km2