Sûreté

Sûreté hydraulique

L' amélioration de la sûreté hydraulique sur le long terme

Réalisé à 73 %, le programme SuPerHydro engagé en 2007 pour traiter les points sensibles du parc hydraulique est complété par le programme récurrent de maintenance IPHE-S, Ingénierie du parc hydraulique en exploitation-sûreté, qui définit les opérations de sûreté pour le long terme. En phase de déploiement, le projet Renouv’Eau renforce la maîtrise de la sûreté hydraulique dans la durée ainsi que la performance et la compétitivité de l’outil de production.

Le suivi permanent du génie civil des grands ouvrages est réalisé avec rigueur depuis des décennies. Les études de danger (EDD) et revues de sûreté (RS) contribuent à approfondir la connaissance des ouvrages et à renforcer les contrôles des points sensibles.

En déclinaison de la feuille de route sûreté de la DPIH, deux directives Compétences-formation-qualification fixent un nouveau standard d’exigences relatives aux autorisations pour assurer le passage d'une crue et à la surveillance des ouvrages.

  1. Formation à la sûreté pour tous les nouveaux arrivants dans le cadre du cursus Prim’Eau
SuPerHydro et IPHE-S pour la sûreté hydraulique à long terme

Avec près de 888 M€ consacrés à la sûreté de 2007 à 2017, le programme de rénovation du patrimoine hydraulique SuPerHydro prévoit 446 opérations, dont 367 concernent directement la sûreté. Fin 2012, 269 opérations de sûreté étaient réalisées. S’y ajoutent 63 opérations de sûreté en cours de réalisation et 22 en cours d’études. Dans l’attente de la réalisation des travaux de rénovation, EDF déploie des DMP (dispositifs et moyens particuliers), parades destinées à garantir la sûreté.

  1. Fin 2012, 664 DMP effectifs et suivis, dont 224 dans le cadre de SuperHydro, sur les 5 familles d’ouvrages prioritaires : galeries, canaux, barrages, conduites forcées et vannes
  2. Un budget annuel de maintenance passé de 100 M€ en 2006 à 420 M€ en 2012

En 2012, plusieurs opérations ont été terminées sur les familles de matériels importants pour la sûreté :

  1. canaux, avec des travaux d’étanchéité et de drainage ou de renforcement des digues latérales (Le Largue, Fessenheim Usine, digue Rhin nord, Madières)
  2. écluses, avec des travaux de génie civil et de mécanique à Fessenheim
  3. galeries, avec le renforcement de certains tronçons ou des travaux d’étanchéité (Bancairon, Fontan, Nentilla)
  4. conduites forcées, avec le remplacement de tronçons ou la remise en peinture (Aussois et Plan d’Aval, Pareloup – Alrance, Madières)
  5. vannes, avec le remplacement ou la maintenance des tabliers ou des mécanismes de levage (vannes de décharge de Pont de Claix, vanne de vidange de fond du Mosseau, remise en état des évacuateurs de crue de Sarrans, vidange de fond de Miodet, remplacement de la vanne de vidange de fond de Dampjoux, remplacement du mécanisme de levage de la porte aval d’Ottmarsheim, vannes de prise d’eau de Beyrede, vannes de prise d’eau et batardeau de Bancairon).

Relais de SuperHydro, le programme de maintenance à long terme IPHE-S comporte un volet dédié à la sûreté hydraulique. Il intègre les besoins de maintenance lourde en répondant à l’analyse de criticité par famille de matériels et d’ouvrages et en donnant priorité à la sûreté, à la performance économique et au respect de la règlementation. Classés selon leur importance et leurs conséquences au regard des risques, les chantiers de maintenance sont priorisés et budgétés

RenouvEau : des modèles d’exploitation et de maintenance intégrateurs de sûreté

Le projet Renouv’Eau vise à produire plus d’électricité hydraulique au meilleur moment, diminuer les indisponibilités du parc et augmenter sa rentabilité tout en renforçant la sûreté hydraulique et la sécurité au travail. Il transforme en profondeur le modèle d’exploitation du parc : production, maintenance et surveillance des ouvrages et matériels.

Conçu à partir des meilleures technologies et pratiques des métiers, il comporte un programme de rénovation standardisée des automatismes (MSH) étroitement lié aux composantes Produire et Surveiller.

La sûreté hydraulique fait partie intégrante du projet. La surveillance des équipements, la fiabilisation des automatismes, la standardisation des méthodes d’exploitation et de maintenance (GMAO) sont des chantiers destinés à améliorer durablement la sûreté hydraulique.

  1. Surveillance permanente des équipements impactant directement la sûreté et détection anticipée de leurs défaillances par une analyse des signes précurseurs
  2. Décision fin 2012 de déployer le projet RenouvEau après test sur deux sites pilotes
Renforcer le niveau de sûreté : le projet EDD-RS

Le décret du 11 décembre 2007 exige du propriétaire ou concessionnaire d’un barrage la réalisation :

  1. d’une étude de danger (EDD) pour les ouvrages des classes A (hauteur supérieure ou égale à 20 m, 149 ouvrages EDF) et B (hauteur supérieure ou égale à 10 m et dont le ratio "carré de la hauteur X racine carrée du volume de la retenue d’eau" est supérieur ou égal à 200, 90 ouvrages EDF)
  2. et d'une revue de sûreté (RS) pour les ouvrages de classe A.

La dimension sûreté est prise en compte dans le projet EDD-RS

  1. Consolidation de la vision d’ensemble des risques associés aux ouvrages et mise en évidence des écarts à traiter
  2. Contribution à la culture de sûreté, notamment par une approche fonctionnelle en complément d'une approche intrinsèque (comportement, diagnostic d’état)
  3. Renforcement de la méthodologie avec, par exemple, un guide méthodologique et un référentiel de cotation et ses additifs (vannes, télécoms, glissement de terrain, facteurs humains, etc.)
  4. Amélioration de l’organisation documentaire et clarification des données de référence
  5. Création de débats porteurs de progrès entre production-maintenance-ingénierie
    1. EDD : réalisation fin 2012 de 175 des 241 études attendues d’ici 2014
    2. RS : 67 revues délivrées fin 2012 sur les 152 attendues pour 2017