Impacts

Nucléaire : gestion des déchets et déconstruction

La gestion des déchets nucléaires en France

Le cycle du combustible nucléaire regroupe les opérations industrielles menées en France et à l’étranger pour :

  1. livrer le combustible nécessaire à la production d'énergie en réacteur
  2. l'évacuer après son utilisation en réacteur
  3. le traiter en vue de son stockage, de son entreposage ou de son recyclage sous forme de combustible MOX.

Le cycle comporte trois étapes :

  1. l’amont du cycle : le traitement des concentrés issus du minerai d’uranium, la conversion, l’enrichissement et la fabrication du combustible (plus de deux ans)
  2. le cœur du cycle qui correspond à l’utilisation en réacteur : réception, chargement, exploitation et déchargement (trois à cinq ans)
  3. l’aval du cycle : l’entreposage en piscine, le retraitement des combustibles usés pour réutilisation en réacteurs des matières valorisables, la vitrification des déchets de haute activité, puis l’entreposage des déchets avant stockage.

La loi de juin 2006 sur la gestion durable des matières et déchets radioactifs définit :

  1. une matière radioactive comme une substance radioactive pour laquelle une utilisation ultérieure est prévue ou envisagée, le cas échéant après traitement et recyclage
  2. les déchets radioactifs comme des substances radioactives pour lesquelles aucune utilisation ultérieure n’est prévue ou envisagée.
Une responsabilité assumée

La production d’électricité d’origine nucléaire génère des déchets radioactifs issus de l'exploitation, de la maintenance ou de la déconstruction des centrales ainsi que du traitement du combustible usé. Une solution technique est disponible pour la gestion à long terme de tous les déchets produits par le parc électro-nucléaire d'EDF. Tous les déchets radioactifs restent en France, où ils sont traités, entreposés ou stockés dans des installations surveillées.

  1. La production d’1 TWh génère :
    1. 0,4 m3 de déchets de haute activité à vie longue (HAVL)
    2. 0,5 m3 de déchets de moyenne activité à vie longue (MAV)
    3. 16 m3 de déchets d’exploitation dont 10 m3 de faible et moyenne activité à vie courte (FMAVC)
    4. 6 m3 de très faible activité à vie courte (TFAVC).

EDF assume la responsabilité de ces déchets et les gère selon quatre principes.

  1. Limitation à la source : les progrès accomplis dans la conception et l’exploitation des centrales ainsi que dans le conditionnement des déchets ont divisé par trois le volume des déchets à vie courte (filtres, résines, vinyles, etc.) depuis 1985
  1. Tri selon leur nature, leur niveau d’activité et leur période radioactive
  1. Conditionnement pour éviter tout risque de dispersion dans l’environnement
  1. Entreposage et stockage pour assurer la protection de l’homme et de l’environnement contre les rayonnements.

 

Areva assure le traitement des combustibles usés et leur recyclage sous forme de combustible MOX.

  1. L'accord de juillet 2011 avec AREVA renforce la coopération industrielle dans le domaine de la gestion des déchets radioactifs

L'Andra est chargée de la gestion à long terme du stockage des déchets ultimes, conformément à la loi du 28 juin 2006 sur la gestion durable des matières et déchets radioactifs.

Les déchets radioactifs d'EDF sur la période 2010-2012 :

En France :

Les déchets radioactifs
Le traitement et le recyclage des combustibles usés

Le combustible usé renferme des matières recyclables, uranium et plutonium, dont une partie est, après traitement, recyclée dans la production électrique. Cette valorisation économise 17 % d'uranium naturel et contribue à la sécurité d'approvisionnement énergétique.

L’uranium recyclable est entreposé à Pierrelatte par Areva puis transporté vers les usines d’enrichissement (en Russie depuis 2006 pour EDF), dans le cadre de contrats commerciaux conformes aux obligations internationales et agréés par l'agence d'approvisionnement européenne d’Euratom. Les licences d’exportation sont accordées par les services des Douanes. Les transports sont encadrés par les réglementations de l'Agence internationale pour l’énergie atomique et de l'Organisation maritime internationale. L’uranium de retraitement enrichi (URE) est utilisé dans les quatre réacteurs de la centrale de Cruas.

Le plutonium est extrait du combustible usé par Areva dans son usine de La Hague et recyclé en un nouveau combustible, le MOX (Mixed Oxyde Fuel), utilisé en 2011 dans 21 réacteurs du parc nucléaire d’EDF (22 autorisés).

Sur les 1 200 tonnes de combustibles déchargés annuellement des réacteurs, les quantités traitées sont déterminées en fonction de la quantité de plutonium recyclable dans les réacteurs autorisés à charger du combustible MOX. Depuis 2010 les capacités de recyclage conduisent à traiter environ 1 050 tonnes de combustibles usés par an.

Classification des déchets nucléaires en France
Concernant les déchets générés par EDF :
Déchets de haute activité à vie longue (HA-VL)
  1. déchets issus du traitement, par vitrification, des combustibles usés, correspondant à l’exploitation des anciennes centrales uranium naturel graphite gaz (« UNGG ») et à 40 années d’exploitation du parc REP actuel.
Déchets de moyenne activité à vie longue (MA-VL)
  1. principalement les structures des assemblages (coques et embouts, morceaux de gaines, etc.) séparées lors du traitement du combustible usé. Ils sont aujourd’hui compactés et conditionnés dans des conteneurs en acier inoxydable ;
  2. d’autres déchets MAVL sont produits par la recherche ou l’industrie du cycle du combustible.
Déchets de faible activité à vie longue (FA-VL)
  1. déchets issus de la déconstruction des anciens réacteurs UNGG (graphite, déchets de procédés).
Déchets de faible et moyenne activité à vie courte (FMA-VC)
  1. proviennent des installations nucléaires (gants, filtres, résines, etc.).
Déchets de très faible activité (TFA)
  1. ces déchets, dont la radioactivité est du même ordre de grandeur que la radioactivité naturelle, proviennent principalement de la déconstruction des installations nucléaires, ce sont surtout des gravats (béton, ferrailles, calorifuges, tuyauteries, etc.).

 

Le stockage des déchets radioactifs en France

Les déchets FMA-VC (faible et moyenne activité - vie courte) et TFA-VC (très faible activité - vie courte) sont stockés dans les centres de l’Andra à Soulaines et Morvilliers.

Les déchets HA-VL (haute activité, vie longue) et MA-VL (moyenne activité, vie longue) sont vitrifiés et entreposés à La Hague dans l'attente de leur stockage réversible en couche géologique profonde (500 mètres environ), solution de référence retenue par la loi du 28 juin 2006.

  1. Les déchets HA-VL produits par les centrales uranium naturel graphite gaz (UNGG) à l'arrêt et par 40 ans d’exploitation du parc de réacteurs actuels représenteront un volume d’environ 37 000 m3

Conduites par l'Andra au laboratoire de Bure-Saudron, les études sur le stockage géologique des déchets HA-VL et MA-VL mobilisent la communauté scientifique internationale pour un montant annuel de 120 M€ financé à 78 % par EDF.

Le projet de stockage géologique réversible Cigéo (centre industriel de stockage géologique) en Meuse/Haute-Marne entre dans sa phase industrielle et doit aboutir à un ouvrage conforme aux exigences de sûreté de l'ASN, conçu et réalisé dans un objectif d’optimisation technico-économique.

  1. Conformément aux vœux de la DGEC, une convention de partenariat a été conclue en 2012 par les exploitants nucléaires et l’Andra pour que le projet de stockage bénéficie des compétences et de l’expérience de l’ensemble des acteurs de la filière nucléaire
  2. Dans la perspective de déposer en 2015 sa demande d'autorisation de création de l'installation, l'Andra a saisi la Commission Nationale du Débat Public. Ce débat se tiendra en 2013.

En savoir plus sur le projet de centre de stockage profond de déchets radioactifs français.

Position de la Commission européenne sur le stockage

En 2010, la Commission européenne a lancé une consultation dans l’Union sur l’opportunité d’adopter une législation communautaire relative à la gestion du combustible usé et des déchets radioactifs. Les citoyens européens se sont majoritairement prononcés en faveur d’une telle législation. Issue de cette consultation et des discussions au sein du Conseil, la Directive n° 2011/70 du 19 juillet 2011 établit au niveau communautaire un cadre juridique sur la gestion des combustibles usés et des déchets.

  1. Pour en savoir plus sur le contenu de la directive.
Le cycle du combustible nucléaire

Pour voir correctement cette page, vous avez besoin d'avoir JavaScript activé et de Flash Player 10 (ou supérieur). Téléchargez la dernière version d'Adobe Flash Player.