Activité

Anticiper et innover

La R&D un levier stratégique

Production, réseaux, commerce, usages de l'énergie : la R&D élabore des solutions technologiques et des modèles d’affaires innovants pour améliorer la performance de tous les métiers du Groupe. Elle prépare l’avenir par des actions d’anticipation de moyen et long terme. Avec un objectif : accélérer le passage de l’innovation à l’industrie et au marché.

Un contexte en mutation

Les ressources fossiles bon marché s’épuisent.

Le réchauffement climatique implique des questionnements et régulations sur le taux d’émission des gaz à effet de serre, les usages de l’eau, la gestion de l’environnement, etc.

Le développement rapide de pays émergents déplace les zones de consommation.

L'essor important des technologies de l’information donne de nouvelles opportunités au métier d’électricien.

Les clients, consommateurs, deviennent aussi producteurs. Ils souhaitent mieux consommer, vivre dans des bâtiments, des quartiers ou des villes plus autonomes en énergie.

Trois priorités

Dans ce contexte, la R&D organise ses programmes autour de trois priorités :

· Consolider un bouquet énergétique décarboné

· Développer une demande énergétique flexible bas carbone

· Adapter le système électrique : amélioration de la gestion des actifs de réseau, modèles d’optimisation et scénarios économiques pour les projets d'infrastructures de transport, insertion des énergies intermittentes, développement des smart grids.

Environnement : 20 % du budget R&D

Avec 527 M€ en 2012, le budget R&D d'EDF est l’un des plus élevés de ceux des grands électriciens. 70 % du budget est alloué à des programmes opérationnels au service des directions et filiales d’EDF, 30 % à des recherches de moyen et long terme.

20 % de ce budget ont été consacrés à la protection de l’environnement :

· recherche sur l’efficacité énergétique

· usages de l’électricité en substitution à des énergies fossiles

· énergies renouvelables

· ville durable

· impacts locaux du changement climatique

· autres problématiques environnementales comme la biodiversité, la qualité de l’eau ou la réduction des nuisances.

  1. EDF est l’investisseur principal d'Electranova Capital, fonds de capital risque pour les start-up spécialisées dans les technologies propres, lancé en mai 2012 avec Allianz et Idinvest Partners. Electranova Capital a réalisé ses deux premiers investissements : Actility, société française spécialiste des smart grids, et Seatower, société norvégienne qui a développé une solution de fondations gravitaires novatrices pour l’éolien en mer
Dépenses nettes de recherche et de développement 2010– 2012 (En millions d’euros)
Dépenses nettes de R&D
Dépenses nettes de recherche et de développement 2010– 2012 dans le domaine de l’environnement (En millions d’euros)
Dépenses nettes de recherche et de développement 2010– 2012 dans le domaine de l’environnement
Ventilation des dépenses de R&D dans le domaine de l’environnement en 2012

Maîtrise de la Demande en Énergie (MDE)

Dépenses en augmentation de 6%.  Travaux sur le développement d’outils de simulation sur la Ville Durable, et sur développement des activités sur les réseaux de transport (+ 37%) et de distribution (+ 43%) : systèmes électriques intelligents, raccordement de véhicules électriques, prévision de l’intermittence de l’éolien…

Hors MDE

Dépenses en augmentation de 10%, portant principalement sur la préparation d’outils et de méthodes accompagnant le développement des filières énergies renouvelables (+ 26%) et sur la mise en place de modélisation du transport d’hydrocarbures en mer.

Sept sites dans le monde

La R&D d’EDF compte plus de 2 000 collaborateurs, dont 80 % de cadres, et près de 150 doctorants. 200 chercheurs enseignent dans les universités et grandes écoles. Elle est organisée autour de sept sites.

· Trois sites en région parisienne (Chatou, Les Renardières, Clamart) qui abritent également deux unités mixtes avec le CNRS : Laboratoire de mécanique des structures industrielles durables et Institut de recherche et développement sur l’énergie photovoltaïque, ainsi que deux centres internationaux de R&D : le Materials Ageing Institute et l’European Center Laboratories for Energy Efficiency Research.

EDF construit son futur centre de R&D et son Campus Groupe à Saclay, pôle de recherche scientifique, technique et universitaire de premier plan. A partir de 2015, ce centre accueillera plus de 1 000 chercheurs et renforcera la coopération avec les établissements d’enseignement supérieur et les centres de recherche publics et privés voisins. Sans attendre l'engagement des travaux en 2013, plusieurs partenariats académiques ont été conclus.

  1. Programme PGMO sur l'optimisation de la gestion et de la prévision de production avec la Fondation de mathématiques Hadamard à l'École Polytechnique
  2. Création de deux laboratoires communs, l'un avec Supelec sur les smart grids (RISEGRID), l'autre avec Telecom ParisTech sur l'internet des objets et la cybersécurité (SEIDO)
  3. Institut de recherche sur le séisme (SEISM) avec le CEA, l'ENS Cachan et l'École Centrale de Paris et l'École Polytechnique

· Un site en Allemagne : l’European Institute for Energy Research (EIfER), institut créé en 2002 avec l’université de Karlsruhe.

· Trois sites créés en 2010 : l'un avec EDF Energy à Londres, l'autre dédié à la R&D sur le charbon et la co-combustion biomasse avec EDF Polska à Cracovie, le troisième à Pékin avec la Direction Asie Pacifique du Groupe.

  1. Très impliqué dans les énergies éoliennes marines et le nucléaire, le centre de R&D de Londres a été transformé en entité juridique indépendante : EDF Energy R&D UK Centre Ltd
Des partenariats

Via de nombreux partenariats dans le monde, la R&D d’EDF :

· maintient son expertise au meilleur niveau pour les disciplines au cœur des enjeux du Groupe

· complète ses champs de compétences internes.

En France, elle participe, via 12 laboratoires créés avec des partenaires institutionnels, techniques ou industriels, à des projets nationaux (Agence Nationale de la Recherche, ADEME, Fonds Unique Interministériel via les pôles de compétitivité).

Elle est aussi impliquée dans cinq projets d’Instituts d’excellence dans les énergies décarbonées retenus par le gouvernement français dans le cadre des Investissements d’Avenir :

· l'institut Photovoltaïque Ile de France (IPVF), sur les ruptures technologiques dans le photovoltaïque

· France Énergies Marines, sur les énergies de la mer et l’éolien en mer

· SuperGrid sur les grands réseaux de transports pour raccorder les sites de production renouvelable éloignés

· Efficacity sur la ville durable

· Vedecom sur la mobilité électrique.

  1. Dans le cadre des investissements d'avenir, EDF contribue aussi au projet Paris Saclay Efficacité Énergétique dans l'industrie et est à l'initiative en 2012 du projet Connexion sur les systèmes futurs de contrôle commande nucléaire numérique

En Europe, la R&D d’EDF participe à une trentaine de projets, notamment à deux Knowledge and Innovation Communities, initiatives de la Commission européenne pour le transfert des connaissances et savoir-faire entre éducation, recherche et industrie, notamment dans les domaines du changement climatique, des énergies renouvelables, des réseaux et villes intelligents, du stockage.

  1. La R&D d'EDF est, avec d'autres acteurs européens du nucléaire, à l'initiative de la création en 2012 de Nugenia. Une association qui vise à devenir le cadre de coopération pour les réacteurs de génération 2 et 3, au sein de la plateforme européenne Sustainable Nuclear Energy Technology Platform

Au Royaume-Uni, elle renforce ses collaborations avec l’Energy Technology Institute, l’Engineering and Physical Sciences Research Council et plusieurs universités.

Aux États-Unis, une équipe de chercheurs détachée travaille avec l’EPRI et EDF Inc (énergie nucléaire, énergies renouvelables, réseaux intelligents, efficacité énergétique, captage-stockage de CO2) et développe des partenariats avec des experts institutionnels industriels.

Les perspectives de la R&D d’EDF

L’accélération de la mutation du système électrique et les suites de l'accident de Fukushima renforcent les demandes des métiers et les activités de la R&D dans des domaines comme :

· la production nucléaire (en lien avec le plan d’action post-Fukushima de la direction Production ingénierie d'EDF) et la durée de fonctionnement des centrales nucléaires (en lien avec les questionnements sur les scénarios énergétiques futurs)

· l'appui au développement de la stratégie industrielle des ENR (en lien avec l'intégration d’EDF Énergies Nouvelles)

· les smart grids (en lien avec le développement des expérimentations)

· la ville durable (nouvelles activités).