Sûreté

Politique de sûreté nucléaire du groupe EDF

Les indicateurs de sûreté

Dans son rapport 2012, l'Inspecteur général pour la sûreté nucléaire et la radioprotection note "l’absence d’événement majeur de sûreté cette année dans les centrales nucléaires du Groupe. L’amélioration continue de la sûreté reste l’objectif de l’entreprise et plusieurs points ont retenu mon attention. Ils sont à corriger pour les uns, à surveiller pour les autres... 2012 aura été marquée par des résultats de sûreté contrastés pour le parc français alors que ceux du parc d’EDF Energy sont stables pour l’essentiel. Les résultats des réacteurs de CENG aux États-Unis sont également contrastés."

Télécharger le Rapport 2012 de l'inspecteur général pour la sûreté nucléaire et la radioprotection (4.94 Mo)

Les événements

Dans le parc français, le nombre d’évènements significatifs de sûreté (ESS) déclarés en 2012 à l’ASN (11,9 par réacteur) augmente par rapport à 2011 (+16 %) ainsi que le nombre d’événements classés au niveau 1 de l’échelle internationale INES (1,55 par réacteur). Cette évolution résulte principalement d'une augmentation (+ 40 %) des événements dans les activités de maintenance au cours des arrêts de réacteur. Sans conséquence immédiate pour la sûreté, une non-conformité matérielle, affectant les dispositifs casse-siphons de certaines piscines de stockage du combustible, a donné lieu à la déclaration d'un ESS de niveau 2 sur l’échelle INES.

A EDF Energy, le nombre d’ESS déclarés en 2012 baisse légèrement (4,6 par réacteur, 4,7 en 2011), avec des pratiques de déclaration différentes au Royaume-Uni et en France, compte-tenu des exigences des autorités de sûreté respectives. Plus comparable, le nombre d’événements classés sur l’échelle INES niveau 1 diminue (0,80 par réacteur).

Aux États-Unis, le nombre d’ESS déclarés en 2012 par CENG reste stable (près de 10,8 par tranche), avec des pratiques de déclaration différentes, l’INPO assurant le classement et l’analyse. Le nombre d’événements classés sur l’échelle INES niveau 1 en 2012 augmente (0,8 par réacteur, 0,6 en 2011). Très contrastés entre les trois sites, les résultats du parc CENGmontrent une stabilité des événements significatifs, et du nombre d'écarts réglementaires, et une dégradation des écarts de lignage des circuits et des arrêts automatiques et manuels.

L'amélioration de la qualité d'exploitation

En France, le nombre d’arrêts automatiques de réacteurs (AAR) se maintient à un niveau comparable (0,55) à celui de 2011, meilleure performance de l’histoire du parc, confirmant les progrès des années antérieures et l’atteinte des meilleurs standards internationaux. En 2012, 36 réacteurs n’ont pas connu d’AAR sur l’ensemble de l’année. De plus les pertes fortuites de production se maintiennent à un niveau très faible (2,8 %) qui résulte de l'effort d’investissements pour accroître la fiabilité des matériels et place le parc français à un bon niveau mondial.

A EDF Energy et chez GENG, il faut considérer le cumul AAR et arrêts manuels, compte-tenu des pratiques d’exploitation différentes. Les résultats 2012 s'améliorent (1,48 par réacteur pour EDF Energy et 0,87 par réacteur pour CENG) mais restent en retrait par rapport aux meilleures performances mondiales.

La maîtrise du risque incendie

En France, le parc confirme le bon niveau atteint dans le domaine de l'incendie (lutte, organisation, formation) avec peu de départs de feu et aucun événement majeur sur ce plan. Les sites sont tous dotés d’organisation incendie robustes, s’appuyant sur le réseau des officiers sapeurs pompiers professionnels (un par site) et sur des relations de coopération remarquables avec les SDIS. La prévention de ce risque, principalement sur les chantiers, n’a pas encore atteint partout le niveau visé mais partout les plans d’action existent et sont sous contrôle.

Au Royaume-Uni, les départs de feu, même mineurs, augmentent et la Corporate Peer review de WANO en 2012 a confirmé la nécessité d'une vigilance accrue et d'actions déterminées. Une comparaison a été amorcée en 2012 avec le parc français sur l’état des installations et l’incendie pour répondre efficacement à ces besoins.

Indicateurs de résultat du parc nucléaire d'EDF en France 2007-2012
Indicateurs de résultat du parc nucléaire d'EDF Energy 2007-2012
Indicateurs de résultats du parc nucléaire de CENG 2007 – 2012