Activité

Anticiper et innover

Les recherches pour développer les ENR

Dans les énergies bas carbone, les objectifs sont les suivants :

· identifier les ruptures technologiques à forts enjeux compétitifs et contribuer à faire émerger industriellement les technologies les plus prometteuses

· améliorer la performance d'EDF développeur et exploitant de systèmes de production à base d’ENR (optimisation des investissements et de la performance opérationnelle)

· maîtriser l’impact technico-économique sur les réseaux électriques

· assurer l’équilibre du système électrique tout en intégrant les ENR.

La croissance de ces travaux accompagne le développement du groupe EDF dans les EnR.

Les hydroliennes marines

La R&D étudie l’utilisation de l’énergie des courants marins, puissants et réguliers. Outre leur faible impact environnemental, les hydroliennes offrent l’avantage par rapport à d’autres systèmes d'ENR de livrer une production prédictible grâce aux forts courants réguliers (environ 3 m/s à Paimpol-Bréhat) qui font tourner leurs pales sous la mer.

Après une large concertation, EDF a engagé en 2008 le projet pilote du parc hydrolien de Paimpol-Bréhat (Bretagne) qui vise à installer en mer et relier au réseau quatre engins (2 MW au total) développés par la société OpenHydro et la DCNS. Objectif : démontrer la faisabilité technique, juridique, économique et environnementale du développement d'une filière hydrolienne en France.

En savoir plus sur les réalisations dans l'hydrolien à Paimpol-Bréhat

Le photovoltaïque

Le principal enjeu du photovoltaïque réside dans son coût et sa robustesse.

Avec l’IRDEP, laboratoire commun entre le CNRS, l’Ecole Physique-Chimie de Paris et EDF, la R&D investit sur les couches minces photovoltaïques, à plus haut rendement et moins coûteuses en matières premières et en main d’œuvre d’installation que les techniques traditionnelles. Objectif : faire émerger des innovations technologiques en rupture pour réduire les coûts du photovoltaïque.

  1. En 2012, la R&D a obtenu un rendement supérieur à 15% pour une cellule complète à base de CIGS coévaporé

EDF R&D dispose depuis 2009 d’un laboratoire de pointe destiné à évaluer la tenue des systèmes photovoltaïques sur le long terme. Des essais de vieillissement accéléré et d’architectures électriques innovantes ont livré leurs premiers résultats.

EDF est partenaire de l'Institut Photovoltaïque Ile de France (IPVF), aux côtés de TOTAL, du CNRS, de l'École polytechnique, d'Air Liquide, de Riber, d'Horiba Jobin Yvon. Labellisé Institut d’Excellence en Énergie Décarbonée en 2012, l'IPVF axe ses travaux sur les ruptures technologiques et regroupera 180 chercheurs autour d’équipements de pointe à Saclay.

Þ Un premier projet de 200 M€ (dont 50 M€ pour EDF) a été retenu sur concours en 2012.

Une coopération a été engagée en 2012 avec l’Institute of Electrical Engineering de l’Académie des Sciences en Chine sur les technologies solaires thermodynamiques. Enjeu : perfectionner les outils de modélisation grâce aux mesures réalisées sur une plateforme expérimentale.

Un prototype d’onduleur pour le raccordement de panneaux photovoltaïques au réseau basse tension a été développé à la demande d’ERDF. Expérimenté sur le terrain, il permet de moduler la puissance réactive pour maintenir la tension dans les plages réglementaires autorisées. Un brevet a été déposé.

La R&D a également développé la première version d'un modèle "EDF" de prévision de productible d'une centrale photovoltaïque. Sur une journée moyennement ensoleillée, le modèle permet d'évaluer la production avec une précision de 2 à 4 %, alors que celle du logiciel PV-Syst, couramment utilisé, est de 10 à 13 %.

Autres ENR

La R&D étudie la production de biocarburants de deuxième génération par gazéification de biomasse suivie d’une étape de synthèse catalytique. Cette voie maximise la quantité de carburant produit et permet le stockage d’électricité potentielle sous forme de carburant liquide.