Activité

Transporter et Distribuer

Une nouvelle donne pour les réseaux de distribution

Thème(s) de l'article :
Un changement de modèle

Du modèle vertical, acheminant l’électricité des producteurs vers les distributeurs et les consommateurs, le système électrique évolue vers un modèle intégrant et gérant :

· de multiples productions décentralisées, intermittentes et peu prévisibles, raccordées, pour la plupart, sur le réseau de distribution

· de nouveaux usages comme le véhicule électrique qui peut soutirer ou apporter de l'énergie.

  1. 262 800 producteurs (principalement photovoltaïques) ont été raccordés au réseau par ERDF, dont 33 800 en 2012.
  2. 94 % de la production éolienne et photovoltaïque a été raccordée au réseau de distribution fin 2012, soit près de 10 GW.

Alternative content

Cette évolution confère à ERDF, gestionnaire du réseau de distribution en France, un rôle nouveau dans le pilotage de l’équilibre entre l'offre et la demande. En effet le développement de la production décentralisée :

· pose aux gestionnaires de distribution les mêmes défis pour l'équilibrage et la continuité d’alimentation que ceux rencontrés par les gestionnaires de réseaux de transport

· renforce le besoin d’un pilotage au plan local de l’équilibre offre / demande par le réseau de transport, les réseaux de distribution, à moyenne et basse tension, desservent les clients finals (particuliers, collectivités, PME, PMI)."> réseau de distribution.

L'adaptation du réseau basse tension

Pour gérer le caractère aléatoire et intermittent des énergies renouvelables décentralisées et accompagner les nouveaux usages (véhicules électriques, bâtiments à énergie positive, etc.), le réseau doit se sécuriser, acquérir des moyens de pilotage, gagner en souplesse, devenir un smart grid en intégrant notamment les technologies de l’information et de la communication :

  1. D'ici 2030, le réseau de distribution géré par ERDF devrait absorber 15 à 25 GW d’éolien et 15 à 20 GW de photovoltaïque

Le réseau moyenne tension est déjà très automatisé. Piloté et surveillé en temps réel par 31 agences de conduite régionale, il est équipé de plus de 100 000 organes de télécommande qui permettent de localiser automatiquement et très rapidement un incident, d'isoler la partie défectueuse et de reconfigurer le réseau pour limiter le temps de coupure. Des systèmes préventifs détectant des signaux anormaux se généralisent, tel Diagnostic on line.

  1. 90 % des défauts sur les lignes moyenne tension sont automatiquement traités
  2. Moins de 3 minutes pour réalimenter la clientèle dans 60 % des cas

Reste à transformer le réseau basse tension, encore peu automatisé, en smart grid pour lui permettre notamment d'absorber la production photovoltaïque et d'accompagner le développement des véhicules électriques.

Première brique de ce développement, le compteur évolué Linky, développé par ERDF et ses partenaires industriels, améliorera l’observabilité de la basse tension et contribuera à optimiser les solutions de raccordement. Son déploiement a été décidé fin 2011.

Alternative content

Des expérimentations de smart grids

ERDF participe à onze démonstrateurs smart grids, notamment :

· pilotage du projet européen GRID4EU et son volet français Nice Grid pour l'intégration de productions photovoltaïques à petite échelle

· pilotage du démonstrateur Venteea pour l'expérimentation d'outils de gestion sur le réseau moyenne tension, dans une zone rurale à forte production d'électricité éolienne

· Smart Electric Lyon centré sur Linky pour permettre à 25 000 particuliers, commerçants, entreprises et collectivités du Grand Lyon, une gestion plus intelligente de leurs équipements électriques, tenant compte notamment de l’état du réseau et du prix du kWh

· IssyGrid pour l'optimisation de la demande à l'écoquartier d'Issy-les-Moulineaux

· sécurisation de la fourniture dans les îles de Houat et d'Hoëdic, avec la gestion, via Linky, de la production photovoltaïque locale, du stockage par batterie et des effacements de consommation.

Une concertation renforcée

Le réseau de distribution métropolitain appartient aux collectivités locales qui concèdent la gestion de 95 % de ce réseau à ERDF (les 5 % restants sont gérés en régies ou par des sociétés locales de distribution). Ce système de concessions a été institué dès la création d’EDF en 1946 pour garantir un tarif unique en tout point du territoire, quelle que soient son accessibilité et sa densité de population.

ERDF améliore, modernise et développe le réseau qui lui est ainsi confié via une politique soutenue d'investissements qui concourt à la qualité de la fourniture. Malgré une accélération des aléas climatiques en 2012 (8 événements significatifs, 2 en 2011), le temps de coupure annuel moyen par client (toutes causes confondues et hors RTE) reste pratiquement stable à 75 mn (73 mn en 2011, 119 mn en 2010).

  1. 3,1 Mds€ d'investissements en 2012 (+ 10 % par rapport à 2011) dont 50 % en zone rurale
  2. 446 000 nouveaux clients (particuliers et entreprises) raccordés en 2012
  3. 5 000 km de lignes électriques enfouis, majoritairement en zones boisées et en milieu rural
  4. 1 000 km de câbles renouvelés dans les zones urbaines

ERDF conduit cette action en concertation avec les collectivités. Il participe aux conférences départementales pour mieux coordonner les investissements et a renforcé sa proximité avec ses interlocuteurs en créant 25 directions régionales en 2012.

Il accompagne aussi les collectivités territoriales dans leurs projets d'aménagement via des conventions. Objectif : optimiser les investissements et les conditions d’exploitation, améliorer les impacts (esthétique des ouvrages, prévention des risques électriques, etc.), contribuer à l'emploi local (insertion professionnelle). Cinquante conventions ont ainsi été conclues avec les collectivités territoriales. ERDF a également signé une convention nationale avec la SCET, actionnaire de plus de 200 sociétés d’aménagement locales ou régionales, pour anticiper les besoins sur les ZAC et les zones de développement tertiaire et résidentiel.

Contribuer au déploiement du véhicule électrique

ERDF est impliqué dans les projets de mobilité électrique, pour :

· le raccordement des bornes de recharge et le renforcement du réseau afin de fournir l’électricité nécessaire

· la régulation des charges sur le réseau (signaux d'heures creuses)

· le comptage et le traitement des données de consommation

· l'optimisation, avec ses partenaires, de l’implantation des bornes selon des paramètres divers (coûts, trajets, etc.) et le conseil aux collectivités locales.

  1. 400 000 bornes de recharges publiques et 4 millions de bornes privées à déployer d'ici 2020

En 2011 ERDF a conclu un partenariat avec la communauté d’agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe et lui apportera son expertise pour l’installation d'un réseau de bornes de recharge.

Retenu en 2012 par l'Ademe, le projet R&D Infini Drive conduit avec La Poste vise à créer un standard de recharge pour les flottes d’entreprises et de collectivités. ERDF a déployé en interne dix démonstrateurs intégrant la connectique, une borne, un véhicule et un dispositif de communication.