Impacts

Déchets conventionnels

Valorisation

Comme toute industrie, la production d’électricité produit des déchets. Les déchets conventionnels sont les déchets non nucléaires venant de tous types d’unités, notamment des centrales thermiques à flamme. Le Groupe travaille à en limiter les volumes et à les recycler autant que possible.

En France

Chaque année, EDF dresse le bilan de la gestion de ses déchets industriels conventionnels, issus des activités de production et de recherche. A la direction Production Ingénierie, des Schémas d’organisation de la gestion des déchets (SOGED) sont élaborés avant tout chantier important de construction, déconstruction ou maintenance et font l'objet d'un retour d’expérience annuel. Le guide du Groupe d’Animation et de Gestion des Déchets sur les SOGED a été actualisé et des prescriptions définies pour harmoniser le retour d'expérience des différents métiers. Une formation a aussi été délivrée aux responsables de chantier.

L'effort porte notamment sur le réemploi des matériaux sur site et un 2e Concours Déchets a sensibilisé les salariés d’EDF et d’ERDF à la réduction des déchets. Les meilleures pratiques d'EDF et ERDF ont aussi été partagées lors d'une 2e réunion inter-métiers sur la prévention et l’optimisation des déchets.

  1. 10 des 16 grands chantiers de la production nucléaire et tous ceux de l'ingénierie nucléaire ont fait l’objet d’un SOGED en 2012
  2. 189 687 tonnes de déchets produits en 2012 (218 000 t en 2011)
  3. Objectif de valorisation porté à 85 % en 2012 (75 % en 2011), avec un résultat de 93,8% en 2012 (92,1% en 2011).
  4. 93,8 % des déchets conventionnels issus de la production et de l’ingénierie (hors cendres volantes de charbon et gypse) valorisés (85 % en 2011, 79,6 % en 2010)
  5. 100 collaborateurs de la direction Production Ingénierie formés chaque année à la gestion des déchets durant un stage de 4 jours

ERDF qui produit surtout des déchets en mélange (assimilables aux ordures ménagères) ou facilement recyclables (papiers, câbles, compteurs) met l'accent sur le recyclage des compteurs et le recours à des filières parfaitement contrôlées pour les PCB. Pour les supports bois, désormais systématiquement éliminés, une nouvelle filière a été mise en place : ils sont broyés et valorisés comme combustible en cimenteries.

Les Systèmes énergétiques insulaires, bien que pénalisés par leur isolement et l’absence de filières locales d'élimination et de valorisation, ont réussi en 2012 à valoriser 86,2 % de leurs déchets. A Saint-Pierre et Miquelon, une filière d’élimination a été mise en place via un contrat avec Veolia Canada.

En Pologne

Les cendres et boues des installations des centrales à charbon ainsi que les déchets auparavant mis en décharge sont recyclés dans la fabrication de céramiques et de matériaux de construction pour le réseau routier.

Les déchets non issus de la production, y compris les déchets dangereux, sont aussi recyclés ou confiés à des sous-traitants pour élimination.

En Italie

Edison a installé, un composteur de déchets humides sur son site d'hydrocarbures de VEGA et utilise, dans ses centrales hydroélectriques, des absorbeurs lavables et réutilisables pour réduire la quantité de déchets en cas de déversements d'hydrocarbures.

Au Royaume-Uni

Les Plans déchets élaborés sur chaque site et les études réalisées avec les prestataires de collecte ont permis de ramener à 10 % les volumes de déchets mis en décharge. Des évaluations complémentaires sont engagées pour étudier des transferts périodiques en vrac et réduire encore ce taux.

  1. 11 % des déchets issus de l'activité commerciale mis en décharge en 2012 (61,3 % en 2006)
En Belgique

Le contrat de gestion des déchets conclu en 2012 intègre, pour une efficacité maximale, tous les sites de production d'EDF Luminus avec une méthodologie, un système de management et des indicateurs de performance communs.